Bartok et la virtuosité

1 octobre 2017
Takuya Otaki
Sony DADC
Producer: Françoise Thinat

La VIRTUOSITE, rêve de tout pianiste aventureux, le goût du risque, et presque de l’aléatoire, de la mise en scène et de la mise en danger, de l’extrême, le jeune Béla Bartók n’y était pas étranger. Se glisser dans les habits du magicien, jeune, beau, séduisant, qu’était Franz Liszt, lui-même empruntant le lyrisme et la folie d’improvisation des musiciens « tziganes » sans trop de scrupules ethnologiques, « surfer » de glissandos en trémolos, rivaliser avec le violon de Paganini, c’est s’affirmer dans cette société marquée par les succès de musiciens interprètes dont la notoriété commence en cette fin d’époque à être presque plus importante que celle des compositeurs. Et pourtant au gré des oeuvres choisies pour cet album apparaissent ça et là, dans la Rhapsodie par exemple, véritable cheval de bataille pour pianiste inspiré et presque « romantique”, les accents d’un folklore plus authentique. C’est une oeuvre bouleversante, véritable aire d’expériences, de jeux, où se heurtent et cavalcadent sous les doigts rageurs et vibrants, mélodies, imprécations et dissonances déjà prémonitoires. La sincérité sans affectation du compositeur de génie, sa fragilité, son audace trouveront leur emploi, leur  cohérence au cours des années suivantes. Le chemin à suivre est contraire à la recherche d’un épanouissement triomphal, les images et les sons vont s’épurer comme pour Lizst, les Années de Pèlerinage effacent le trop naïf et abondant Album d’un voyageur. Béla Bartók trouvera d’autres raisons impératives d’épurer son style, il va retrouver des rythmes, des modes, des mélodies, des voix oubliées, le drame romantique va laisser la place à une émotion, loin de la grammaire et de l’élégance du langage musical civilisé. D’ores et déjà, les phrases simples et déchirantes des deux Elégies nous touchent au cœur et grâce à la Rhapsodie et au trois Etudes, nous empruntons les escaliers diaboliques qui relient les Etudes transcendantes de Franz Liszt à la sorcellerie visionnaire de György Ligeti. Takuya Otaki, nous y entraîne avec tout son engagement et sa sincérité chaleureuse.

Tracklist
1 Rhapsodie Op.1 BB 36 (1904) 22:07
2 3 Chants Populaires Hongrois Du Comté De Csik SZ. 35a (1914-17) 3:44
  3 Burlesques Op. 8c Sz. 47 BB 55 (1921)  
3 Presto 2:22
4 Allegretto 2:04
5 Molto Vivo, Capriccioso 2:59
  2 Danses Roumaines Op. 8a Sz. 43 BB 56 (1910)  
6 Allegro Vivace 5:08
7 Poco Allegro 4:11
  3 Études Op. 18 Sz. 72 BB 81 (1918)  
8 Allegro Molto 2:28
9 Andante Sostenuto – Più Mosso 3:50
10 Rubato – Molto Sostenuto – Tempo Giusto – Rubato 2:19
  2 Élégies Op. 8b Sz. 41 BB 49 (1908-09)  
11 Grave 7:36
12 Molto Adagio, Sempre Rubato 8:54
Share:

© Think Ad 2019 - Mentions légales