Prix André Boucourechliev – 4 000 €

Prix spéciaux

Compositeurs du XXe siècle

Chaque candidat devra présenter dans l’ensemble du programme du Concours au moins deux Prix Spéciaux – Compositeurs du XXe siècle différents (liés donc à deux compositeurs différents). La candidature à un Prix Spécial lié à un compositeur doit faire l’objet d’un réel engagement artistique de la part du candidat et donc s’insérer avec cohérence dans le reste du programme.
Pour chaque Prix Spécial, le candidat devra présenter au moins 8 minutes de musique du compositeur concerné.
Le choix de l’œuvre présentée pour ce Prix est laissé libre aux candidats.

Offert par la Fondation André Boucourechliev, sous l’égide de la Fondation de France.

L’œuvre de Boucourechliev, qui frappe par sa diversité, a suscité la création : d’une Association qui regroupe amis, chercheurs et musiciens et qui assume l’établissement, la diffusion et la protection des œuvres musicales ou littéraires de Boucourechliev, d’une Fondation qui promeut l’œuvre du musicien en subventionnant certaines exécutions et qui, d’autre part, décerne chaque année un prix de composition doté d’une bourse de 8 000 € au maximum.

ANDRÉ BOUCOURECHLIEV, COMPOSITEUR FRANÇAIS (1925-1997)

Boucourechliev mène de front scolarité au Collège français de Sofia et études de piano avant d’entrer, en 1946, à l’Académie de Musique de Sofia. Il entame une carrière de pianiste virtuose et remporte en 1948 le Grand Prix du Concours National d’interprétation musicale. Boucourechliev avait commencé à composer, selon un parcours qu’il qualifiait “d’autodidacte et au rebours de l’histoire“. Il écrit concurremment pour instruments (Musique à trois, 1957, Sonate pour piano, 1959) et pour bande magnétique, ceci au cours de deux séjours à Milan, au Studio di fonologia de la RAI, puis au groupe de recherche musicale de l’ORTF. A l’initiative de Pierre Boulez, les premières œuvres de Boucourechliev ont été créées au Domaine Musical ainsi qu’à Darmstadt. Boucourechliev s’illustre principalement à travers ses œuvres ouvertes dont les Archipel pour diverses forma-tions qui lui valurent la renommée internationale (Archipel I à IV, 1967 à 1970). Il s’agit d’œuvres mobiles, variables d’une exécution à l’autre selon les choix libres et instantanés des interprètes. Boucourechliev recourt également à la forme ouverte, dans les Six Etudes d’après Piranèse (1975). «Ecrivain de musique» comme il aimait à se définir, il a publié, entre autres, des ouvrages sur Schumann, Beethoven, Debussy, Wagner, ainsi qu’une ample monographie sur Stravinsky. Boucourechliev a synthétisé ses recherches et ses réflexions d’esthétique musicale dans Le Langage musical (Fayard, 1993).

Share:

© Think Ad 2019 - Mentions légales