12e Concours international de piano d’Orléans 2016

Le 12e Concours international de piano d’Orléans a lieu du 18 au 28 février 2016 et a consacré Takuya Otaki, Philippe Hattat et Marianna Abrahamyan comme les 3 finalistes de cette édition. Le concours a de même confirmé son esprit festivalier en proposant, en parallèle des épreuves, une exposition de photos et plusieurs concerts, dont deux concerts de Winston Choi et Toros Can, lauréats en 1998 et 2002, et un concert de l’ensemble Court-Circuit dirigé par Jean Deroyer.

Tous les évènements en parallèle du concours :  Concours-2016_dépliant-diffusion-web

Le concours s’est prolongé avec deux concerts de prestige à Paris au Théâtre des Bouffes du Nord le lundi 14 mars et a réuni les lauréats du concours 2016 ainsi que les petits lauréats du concours  » Brin d’herbe  » 2015, accompagnés par l’ensemble Court-Circuit, sous la direction de Jean Deroyer et de Michel Decoust. Parmi les œuvres proposées : Pianopolis, de Michel Decoust, commande 2015 du concours  » Brin d’herbe  » et Le Carillon d’Orléans, de Philippe Hersant, donné en création mondiale par le lauréat du prix Sacem.

Note-de-programme-Concert-Bouffes-du-Nord

Dates :

Du jeudi 18 février au dimanche 28 février 2016.

Programme & Règlement :

Tous les informations concernant le déroulé des épreuves et modalités de participations sont disponibles dans le Catalogue et le Règlement du concours.

Membres du Jury :

  • Jean-François Heisser – Pianiste, Directeur artistique, Chef d’Orchestre, France – Président du Jury
  • Hie-Yon Choi – Pianiste, Corée du Sud
  • Winston Choi – Pianiste, Canada
  • Jean-Pierre Derrien – Musicologue, France
  • Jacqueline Mefan – Pianiste, France
  • Hèctor Parra – Compositeur, Espagne
  • Vladimir Tarnopolski – Compositeur, Russie

Palmarès du Concours 2016 :

Retrouvez le palmarès du concours ICI

Commande du Concours :

Titre : Le carillon d’Orléans
Compositeur : Philippe Hersant

Depuis fort longtemps je suis fasciné par les cloches. Elles sont très présentes dans mes œuvres symphoniques ou lyriques (par exemple à la fin de mon Château des Carpathes), mais fréquemment évoquées aussi dans ma musique de chambre avec piano (mon Trio se présente comme une suite de variations sur la Sonnerie de Sainte-Geneviève-du-Mont de Marin Marais, un des plus beaux carillons jamais écrits).
Lorsqu’en mars dernier j’ai participé au jury du Concours International d’Orléans 2014, je ne pouvais passer devant la cathédrale sans penser au carillon de quatre notes sur lequel Christophe Moyreau (titulaire des grandes orgues au milieu du XVIIIème siècle) écrivit ses  » Cloches d’Orléans « .
Françoise Thinat m’a depuis fait l’honneur de me commander une pièce pour le Concours 2016 et, tout naturellement, l’idée m’est venue d’écrire un grand carillon sur le motif qui inspira Moyreau voici trois siècles. J’imagine une musique tantôt éclatante et jubilatoire, tantôt nostalgique et lointaine. Une musique que je souhaiterais à la fois poétique et virtuose, et qui mettra en œuvre tous les jeux de résonance que le piano nous offre.

Note d’intention de Philippe Hersant
Commande d’Orléans Concours International pour le 12e Concours international de piano d’Orléans

Compositeur à l’honneur : Philippe Hersant

Né en 1948 à Rome, Philippe Hersant a accompli ses études musicales au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, notamment dans la classe de composition d’André Jolivet, avant d’être boursier de la Casa Velasquez de 1970 à 1972 puis de la Villa Médicis de 1978 à 1980.
Se refusant à ruser avec l’histoire, Philippe Hersant s’est forgé un langage qui prolonge le cours de toute la musique occidentale. Et sans jamais chercher à faire école, il fut l’un des premiers de sa génération à se situer, de nouveau, dans l’espace tonal et modal. Il n’en bannit pas moins toute inclination néo-classique.
À la tête d’un catalogue riche d’environ quatre-vingt-dix pièces (sans compter ses partitions pour le cinéma ou la scène théâtrale), Philippe Hersant est largement reconnu par le monde musical actuel. Il a reçu des commandes émanant d’illustres institutions : le Ministère de la Culture (Missa brevisen, 1986), Radio France (Le Château des Carpates, en 1992, le Concerto pour violon, en 2003), sans oublier qu’il fut la tête d’affiche de son festival (Présences, en 2004), l’Opéra de Leipzig (Le Moine noir, en 2006), l’Orchestre national de Lyon (Paysage avec ruines, en 1999), l’Orchestre national de Montpellier (Concerto pour violoncelle n°2, en 1997) ou Musique nouvelle en liberté (Cinq pièces pour orchestre, en 1997).
En outre, le monde musical lui a décerné de nombreuses distinctions : Grand Prix musical de la Ville de Paris (1990), Prix des compositeurs de la SACEM (1991), Grand prix SACEM de la musique symphonique (1998), Grand prix de la Fondation Del Duca (2001), Victoire de la Musique Classique (2005 et 2010) et Grand Prix Lycéen des Compositeurs (2012).

Galerie :

Share:

© Think Ad 2019 - Mentions légales