11e Concours international de piano d’Orléans 2014

Lauréats 2014 © S.Quidet

Le 11e Concours international de piano d’Orléans a lieu du 05 au 15 mars 2014 et a consacré Imri Talgam, Aline Piboule et Kathrin Isabelle Klein comme les 3 finalistes de cette édition.

Le concours s’est clôturé avec trois concerts de prestige à Paris au Théâtre des Bouffes du Nord le lundi 23 et 24 mars. Ainsi, le 23 mars 2014, Andrew Zhou et Christopher Guzman, lauréats du concours 2012 ont présenté un programme consacrés à la musique germanique « Schoenberg et plus ». Le 24 mars 2014 a réuni les lauréats du concours 2014 ainsi que les petits lauréats du concours « Brin d’herbe » 2013 qui ont pu rencontrer le grand compositeur György Kurtág. Parmi les œuvres proposées : Boulez, Prokofiev, Albéniz et Messiaen, l’œuvre imposée de Jérôme Combier donné en création mondiale par le lauréat du prix Sacem avec la complicité des musiciens de l’Ensemble Cairn.

Note-de-programme-Concert-Bouffes-du-Nord

 

Dates :

Du jeudi 05 au 15 Mars 2014.

Programme & Règlement :

Tous les informations concernant le déroulé des épreuves et modalités de participations sont disponibles dans le Catalogue et le Règlement du concours.

Membres du Jury :

  • Alicia Terzian– Compositrice, Argentine – Présidente du Jury
  • Florent Boffard – Pianiste, France
  • Kaya Han – Pianiste, Corée du Sud
  • Philippe Hersant – Compositeur, France
  • Michael Jarrell – Pianiste et Compositeur, France
  • Wilhem Latchoumia – Pianiste, France
  • David Lively – Pianiste, France / États-Unis

Palmarès du Concours 2014 :

Retrouvez le palmarès du concours ICI

Commande du Concours :

Titre : Lichen (pour piano solo et petit ensemble)
Compositeur : Jérôme Combier

La musique peut-elle rendre compte du terrible du temps ? Et quelques minutes peuvent-elles contenir toute l’usure de la terre, l’usure des pierres, celle du métal ? Ou bien précisément, la musique de l’homme remonte-t-elle contremont, encore et toujours, un peu vainement, vers une origine qui bien qu’idéale serait aussi seule garante de sa présence au monde. Du lichen sur une pierre, pour dire l’image d’un piano, aux résonances brèves, gagné par des tenues de vents et de sons frottés. L’image d’un monde inébranlable – ce beau tempérament- rongé par la microtonalité qui l’aura recouvert. L’image de la virtuosité enfin – mais alors celle dont parle Berio et pas une autre – gangrenée par un statisme et un calme qui aura fini par tout absorber. Lichen serait un combat ; celui de l’artiste et de son expressivité, celui de l’interprète et de son intériorité. Celui de tout art enfin qui cherche une langue.

Note d’intention de Jérôme Combier
Commande d’Orléans Concours International pour le 11e Concours international de piano d’Orléans

Compositeur à l’honneur : Jérôme Combier

Jérôme Combier est né le 17 7 71, un jour symétrique, en région parisienne. Il décide tardivement, à l’âge de 19 ans, d’apprendre la musique et s’inscrit alors à l’Université de Saint-denis en musicologie.  Ces études le conduiront à effectuer une Maîtrise sous la direction d’Antoine Bonnet portant sur Le principe de variation chez Anton Webern. Il étudie également la guitare avec Antonio Membrado, mais la rencontre d’Hacène Larbi l’oriente naturellement vers l’écriture, l’analyse, l’orchestration, puis celle d’Emmanuelle Nunes, au CNSM de Paris en 1997, définitivement vers la composition. Entre temps, il aura étudier le contrepoint au conservatoire de Reuil-Malmaison et sera, en 1995, finaliste du concours Griegselskalpet, à Oslo. En Septembre 1998, il participe à la session de composition de la Fondation Royaumont et, dans le cadre d’un échange, part en résidence au Japon durant deux mois. Jérôme Combier obtient le Prix de la Vocation (lauréat de la Fondation Bleustein-Blanchet) et le Prix Pierre Cardin. En 2001-2002, il est sélectionné pour suivre le cursus de composition et d’informatique musical proposé par l’Ircam. Durant deux années, de 2002 à 2004, avec l’appui du Conservatoire de Paris il est amené à développer une activité de pédagogue et de  direction avec le Kazakhstan et l’Ouzbékistan auprès des conservatoires de Tashkent et d’Almaty, puis, l’année suivante, il est pensionnaire à la Villa Médicis. A cette occasion il rencontre Raphaël Thierry qui réalisera les installations visuelles du cycle Vies silencieuses écrit pour l’ensemble Cairn, et l’écrivain Sylvain Coher avec qui il rêve l’opéra Hypothèse autour du grand amour.

À Rome, dans les villages des Sabines, il participe en compagnie du plasticien Xavier Noiret-Thomé à l’exposition  » 20 eventi  » parrainée alors par Guiseppe Penone. En 2002, il écrit Pays de vent pour l’Orchestre National de France. En 2005 et 2007, Il écrit pour l’ensemble Recherche et pour l’ensemble Intercontemporain dans le cadre du festival d’Automne à Paris. En collaboration avec Pierre Nouvel, il réalise l’installation Noir gris pour l’exposition Beckett organisé par le Centre Georges Pompidou. La musique de Jérôme Combier est publiée aux éditions Lemoine et enregistrée par le label Motus (Pays de vent) et le label Æon (Vies silencieuses – Grand Prix de l’Académie Charles Cros). En 2008, il enseigne la composition à l’Abbaye de Royaumont. La même année, il est retenu pour la programmation du Louvre dans le cadre du cycle  » Le Louvre invite Pierre Boulez « . En 2008, à l’invitation de l’ensemble Ictus, il imagine, en association avec Pierre Nouvel et Bertrand Couderc, l’adaptation pour la scène du roman de W.G. Sebald : Austerlitz qui est créé au Festival d’Aix-en-Provence en juillet 2011 puis à l’opéra de Lille. En 2012, il écrit Ruins pour l’Orchestre National de Lyon et l’opéra Terre et cendres d’après le roman d’Atiq Rahimi, créé à l’opéra de Lyon (Théâtre de la Croix-rousse)  en mars 2012. Cette même année, il reçoit le prix « Nouveau talent » de la Sacd. Jérôme Combier dirige l’ensemble Cairn qu’il a fondé à la fin des années 90. Il est enseignant en création sonore et musicale à l’École Nationale Supérieure de Paris-Cergy.

Galerie :

Share:

© Think Ad 2019 - Mentions légales